Archives de catégorie : Info

Pour Espace Info

Capsule no 2 sur la réouverture des églises

UNITÉ PASTORALE DESJARDINS–CHUTES-CHAUDIÈRE
Information sur la réouverture des églises
de Lévis et de Saint-Lambert-de-Lauzon
(juillet – août 2020)

Remarques générales

• Même si les responsables de la Santé publique ont autorisé la réouverture des églises à compter du 22 juin, l’équipe pastorale de Desjardins–Chutes-Chaudière et le comité de bénévoles engagé dans la réouverture des églises du territoire ont décidé de reporter cette réouverture aux 11-12 juillet pour les raisons suivantes :
– les consignes sanitaires, nombreuses et complexes, posaient des défis considérables pour un milieu comptant 13 églises, toutes de dimensions et de configurations différentes;
– il fallait recruter et former, dans chaque communauté locale, des équipes de bénévoles en mesure de se conformer à toutes les opérations et exigences de préparation et de fonctionnement;
– il fallait de plus attendre l’approbation des plans applicables à chaque église par l’Archevêché de Québec.
• Compte tenu de la vingtaine de funérailles et des quelque 70 baptêmes en attente, la planification de la réouverture des églises a accordé une priorité à ces événements familiaux d’importance.
• Seule l’église de Ste-Jeanne-d’Arc ne sera pas utilisée au cours de l’été 2020, étant donné ses dimensions restreintes par rapport à la règle des deux mètres de distanciation physique.
• Les informations qui suivent sont basées sur les consignes sanitaires en vigueur au Québec au 30 juin et elles valent pour la première phase de la réouverture des églises, soit du 11 juillet au 30 août. Advenant des changements marquants à ces consignes, les responsables de l’unité pastorale vous aviseront, s’il y a lieu, des modifications qui pourraient vous toucher.
• Comme dans les autres endroits publics, on vous demande de ne pas vous présenter dans les églises si vous avez reçu un diagnostic positif à la COVID-19 et que vous n’êtes pas complètement rétabli, si vous présentez un ou des symptômes de la maladie, si vous vivez avec une personne qui a la maladie ou l’un de ses symptômes, ou si un professionnel de la santé vous a recommandé de rester à la maison.
• Pour éviter d’avoir à désinfecter l’intérieur des bâtiments chaque fois qu’un rassemblement y a lieu et les frais élevés qu’une telle opération entraînerait, les responsables ont opté pour spécialiser les églises (pour les messes, les baptêmes ou les funérailles) et d’y espacer toutes les célébrations d’au moins 72 heures, de manière à ce que s’y réalise une désinfection naturelle des lieux.
• Tous les vases, les linges et les objets servant au culte seront rigoureusement lavés et désinfectés à chaque usage.
• Dans toutes les célébrations, le port du masque ou couvre-visage est fortement recommandé.

Système de réservation des places

• À l’église comme dans les autres lieux de rassemblement intérieurs, la distanciation physique doit être possible et la limite est de 50 personnes au total, c’est-à-dire y compris la personne qui préside la célébration et tous les bénévoles requis pour l’événement. D’où un accès limité à environ 40-42 autres participants et, de là aussi, la nécessité de mettre en place un système de réservation des places disponibles et un registre des présences.
• Pour les baptêmes et les funérailles, les secrétariats de chacune des trois grandes paroisses demanderont aux familles de fournir la liste des personnes qui seront présentes et leurs coordonnées.
• Tous les fidèles intéressés à participer à une messe devront, par téléphone, réserver une place dans l’église où ils veulent aller en s’adressant au secrétariat central de la paroisse dont la communauté de l’endroit fait partie :
– Saint-Nicolas-de-Lévis : 418 831-2186
– Saint-Jean-l’Évangéliste : 418 839-8264
– Saint-Joseph-de-Lévis : 418 837-8813
• Les répondants de ces secrétariats poseront aux personnes quelques questions pour établir le registre obligatoire des présences, qui seront contrôlées à l’entrée des églises. Ces registres ont pour but que les autorités sanitaires puissent prendre contact avec les personnes présentes s’il advenait qu’un cas de COVID-19 soit identifié parmi elles.
• Si une personne arrive trop tard pour réserver une place dans une célébration, on retiendra son nom pour la semaine qui suit si cela lui convient. Aucune personne ne sera admise dans l’église si celle-ci compte déjà le maximum de personnes permis.
• Les couples et les familles qui vivent dans la même maison ne seront pas séparés à l’église et pourront y occuper côte à côte le même banc.
• Tous les participants sont priés d’arriver tôt aux célébrations de manière à permettre une entrée graduelle respectant les règles de la distanciation physique, la confirmation des présences, la désinfection des mains et une circulation sans précipitation pour se rendre à la place assignée à chacun. Les places, en effet, seront prévues d’avance, soit pour les familles, les couples ou les personnes seules. Ce sont des placiers bénévoles qui accompagneront les participants jusqu’à la place qui est prévue pour eux.

Consignes spéciales pour la messe

• Il faut éviter tout attroupement extérieur ou intérieur qui ne respecterait pas les règles de la distanciation physique de deux mètres.
• Les portes d’entrée et de sortie seront généralement différentes.
• Il y aura désinfection obligatoire des mains à l’entrée, et facultative à la sortie.
• Vu les configurations particulières de chaque église, les circuits et consignes de circulation pourront différer d’un endroit à un autre. Suivre les indications de circulation, conçues pour éviter que les personnes ne se croisent, et les consignes affichées ou rappelées de vive voix.
• Attendre les indications et l’accompagnement des placiers bénévoles pour prendre place dans l’église.

• Il n’y aura pas … :

– pas de processions d’entrée ni de sortie, et pas de procession des offrandes (pain et vin);
– pas de servant(s) de messe;
– pas d’accès aux bénitiers, ni aux lampions, ni à la sacristie;
– pas d’accès aux toilettes (sauf en cas d’urgence);
– pas de quête mobile; les participants seront invités à déposer leurs contributions dans un panier à l’entrée de l’église;
– pas de Prions en Église à usage partagé, mais les abonnés pourront apporter le leur;
– pas de Feuillet paroissial;
– pas de chant par l’assemblée et pas d’échange de la paix sauf par signes;
– pas de déplacement des participants sauf pour la communion; l’animateur fournira au moment opportun les consignes pour cette étape de la célébration.

HORAIRE DES CÉLÉBRATIONS POUR L’ÉTÉ 2020
Paroisses St-Joseph-de-Lévis, St-Jean-l’Évangéliste et St-Nicolas-de-Lévis
HeureMercrediSamediDimanche
9 h 00Pardon -St-Romuald
10 h 00Messes
St-Romuald
Très-St-Rédempteur
Notre-Dame (Lévis)
11 h 00Possibilité de funérailles dans toutes les églisesFunérailles
St-Joseph
Notre-Dame (Charny)
St-Nicolas
13 h 30Baptêmes
St-Étienne
Ste-Hélène
Pintendre
16 h 00Messes
St-Jean-Chrysostome
Christ-Roi (Lévis)
 
19 h 00Baptêmes
St-Étienne
Ste-Hélène
Pintendre
Messes
St-David
St-Lambert
Note : Pour l’été, aucune messe en semaine dans aucune des églises

Réouverture des églises dans la ville de Lévis et à Saint-Lambert

Paroisses catholiques de Lévis et de Saint-Lambert-de-Lauzon

Communiqué : Réouverture des églises dans la ville de Lévis et à Saint-Lambert

(Lévis, le 18 juin 2020) – Mercredi dernier, le 17 juin, le directeur de la Santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, annonçait aux différentes confessions religieuses et à la population la possibilité de rouvrir leurs lieux de culte à compter du lundi 22 juin. Les animateurs des communautés catholiques de notre milieu et leurs fidèles attendaient patiemment ce moment.

Le curé des paroisses de Saint-Nicolas-de-Lévis, Saint-Jean-l’Évangéliste et Saint-Joseph-de-Lévis, l’abbé Paolo Maheux, se dit très heureux de pouvoir bientôt, avec son équipe, renouer contact avec les catholiques de la grande unité pastorale de la Rive-Sud au sein des célébrations qui ponctuent, depuis toujours, la vie de chaque paroisse.

L’ouverture des églises de notre milieu ne pourra toutefois se faire avant la fin de semaine des 11 et 12 juillet prochain. La relance des activités et célébrations religieuses est, en effet, conditionnelle à l’approbation par l’Archevêché de Québec du protocole de fonctionnement conçu pour les lieux de culte concernés et à la capacité de chacun d’eux d’offrir une solide garantie de conformité par rapport à un grand nombre de consignes de sécurité sanitaire, dont la distanciation physique, le lavage des mains avant et après les cérémonies ainsi que la désinfection rigoureuse des objets et des lieux. Il faut en conséquence constituer et mettre en branle rapidement un grand nombre d’équipes locales de bénévoles qui pourront assurer, dans 13 églises de l’unité pastorale, la préparation des lieux, la planification des façons de procéder et des règles de déplacement ainsi que l’accueil sécuritaire des fidèles. Quand on considère la diversité de configuration des églises et les différents types de célébrations appelées à s’y dérouler, il s’agit là d’un défi considérable qui sollicitera l’engagement bénévole de nombreuses personnes qu’il faudra informer et former aux conditions nouvelles de la pratique religieuse.

De plus, comme les événements de nature religieuse seront tenus aux mêmes obligations que les autres rassemblements intérieurs, ils devront, pour l’instant du moins, être limités à un maximum de 50 personnes ; il y aura donc nécessité de mettre en opération un système téléphonique de réservation de places ; celui-ci, disponible à compter du 6 juillet, sera sous la responsabilité des secrétariats des trois paroisses du territoire.

En considération de toutes ces exigences, il est facile de comprendre que la relance ne pourra se faire que de façon graduelle. Du 11 juillet à la fin d’août, elle se concentrera sur la célébration de messes dominicales dans sept églises du territoire. Quatre autres églises réparties dans les trois paroisses seront, pour l’instant, réservées aux célébrations de funérailles et de baptêmes. Ces cérémonies ayant été complètement interrompues pendant la grande période de confinement, une vingtaine de funérailles et plus de 70 baptêmes sont présentement en attente. Une attention prioritaire sera donc portée, au cours de l’été, aux familles qui attendent de pouvoir dûment célébrer la naissance et le baptême de leurs nouveaux enfants ou accorder à leurs proches disparus le dernier service religieux qu’ils souhaitaient.

Ceux et celles qui désirent obtenir plus d’information pourront se référer aux sites Internet de chacune des trois paroisses de Lévis et Saint-Lambert et rester à l’affût des informations qui seront diffusées au fur et à mesure des développements, par des moyens divers, d’ici à la réouverture des églises et par la suite.

Toutes les personnes qui sont en état d’offrir leur collaboration sont également invitées à signaler leur disponibilité au secrétariat central de leur paroisse ou aux marguilliers qui représentent leur communauté.

 

L’abbé Paolo Maheux, curé au nom du comité pour la réouverture des églises et au nom de l’équipe pastorale.


 

“Nos églises n’ouvriront pas toute suite. Pourquoi?”

Nos évêques, par la voix de Mgr Marc Pelchat, évêque auxiliaire à Québec, répondent aux membres de nos communautés qui les pressent d’autoriser la reprise des activités ecclésiales.

Les évêques du Québec reçoivent de plus en plus de demandes insistantes visant à réouvrir les églises de nos diocèses afin que les fidèles puissent avoir accès aux sacrements. Nous ne sommes pas sourds à l’expression de ce désir légitime et nous le comprenons. Mais il serait imprudent d’y répondre trop rapidement, sans tenir compte de nos responsabilités à l’égard de la santé publique.

Depuis le début de la pandémie, les évêques ont fondamentalement agi par charité pastorale en suspendant toutes les célébrations liturgiques communautaires et en fermant les lieux de culte dès que l’état d’urgence sanitaire a été déclaré. Le devoir de charité chrétienne, qui est la première obligation de toute personne baptisée, était et continue d’être celui de prendre soin les uns des autres en évitant la propagation du coronavirus. C’est la meilleure façon présentement de mettre en pratique le grand commandement de l’Amour. Par charité pastorale, nous collaborons avec les autorités de la santé publique afin de réduire les risques mortels de cette pandémie. Nous ne devons pas oublier que de nombreux participants à nos rassemblements font partie des personnes les plus vulnérables.

Il est hasardeux de nous comparer avec les quelques commerces et supermarchés qui ont la permission d’ouvrir en laissant entrer un petit nombre de clients à la fois et en leur imposant de respecter diverses conditions d’hygiène. Notre vie ecclésiale est basée sur le rassemblement, la rencontre, la participation, le dialogue et l’échange. Nous ne sommes pas une entreprise de services, où chacun et chacune vient chercher l’objet de son désir pour sa satisfaction personnelle ou le bien correspondant à son besoin immédiat. Il n’est pas si simple de reprendre là où nous nous sommes quittés en mars dernier. Il faudra retrouver une vie ecclésiale qui se rapproche de ce que nous sommes comme Église.

Depuis le début de la pandémie, les évêques et les prêtres, en particulier ceux de soixante-dix ans et plus, sont entrés en confinement pour éviter les contacts rapprochés.  La plupart d’entre nous avons été très attentifs à respecter les précautions sanitaires. Pourquoi ? Pour éviter de contaminer un frère ou une sœur plus vulnérable alors que nous pourrions être porteurs du virus sans le savoir. Tel est le prix pour vivre jusqu’au bout l’amour fraternel et le soin que nous devons porter les uns envers autres.

Dans un message semblable à celui-ci, l’archevêque de Gatineau, Mgr Paul-André Durocher, rappelait que « les statistiques les plus récentes nous indiquent que le taux de mortalité au Québec a augmenté de 30 % en avril par rapport à l’année dernière ». C’est pourquoi nous prenons la situation au sérieux, disait-il, tout en souhaitant qu’il sera bientôt possible d’envisager une reprise.

Les évêques du Québec ont d’ailleurs entrepris un dialogue avec les autorités gouvernementales depuis plusieurs semaines. Nous travaillons depuis un certain temps à élaborer un protocole qui, une fois approuvé, nous permettra d’ouvrir progressivement nos églises tout en assurant la sécurité de ceux qui s’y rassembleront. La proximité de sa mise en œuvre dans le temps dépendra de l’évolution de la maladie dans chaque région et pour chaque secteur d’activité. Toute reprise demandera d’appliquer de nombreuses précautions. De nouvelles pratiques devront être mises en place et rien ne sera plus comme avant pour un bon moment.

Souvenons-nous que le Seigneur est présent chaque fois que nous ouvrons les Écritures pour méditer sa Parole, chaque fois que nous prenons un moment pour prier, chaque fois que nous venons en aide à un frère ou une sœur. Il est réellement présent avec nous, et d’autant plus quand nous sommes quelques-uns à le prier ensemble, même à distance. Nous utilisons beaucoup les médias sociaux et les outils de communication traditionnels (le bon vieux téléphone) pour maintenir des relations entre nous, pour rester en contact et cultiver la fraternité. Nous pouvons nous réjouir que tant de communautés paroissiales restent actives de manière créative et fructueuse, malgré la fermeture des lieux de rassemblement.

Les appels à distribuer l’eucharistie en dehors des célébrations eucharistiques ou les demandes qui nous sont faites de confier le Pain eucharistique à des familles ferventes qui le conserveraient chez elles, pour devenir des « ministres extraordinaires de la communion » au profit de leur entourage, ne sont pas des invitations auxquelles nous céderons. L’assemblée eucharistique est le seul lieu où nous partageons le Corps du Christ pour devenir ce que nous recevons, sauf s’il s’agit de la communion apportée aux personnes malades ou en fin de vie, quand les conditions sanitaires permettent de pratiquer cette œuvre de miséricorde.

Les circonstances actuelles sont peut-être pour nous, catholiques du Québec, un appel à pratiquer un certain héroïsme dans la foi, comme nous n’avons pas eu à le vivre depuis les temps missionnaires. Il y a quelques mois à peine, un Synode sur l’Amazonie nous révélait l’héroïsme et la foi de nos frères et sœurs de ces régions qui maintiennent leur foi vivante et active en ne célébrant l’Eucharistie qu’une fois ou deux par année. Nous pourrions apprendre beaucoup de l’histoire de communautés catholiques qui ont été privées de prêtres et de sacrements pendant des années (Cambodge, Corée du Sud), tout en préservant leur foi et leur relation au Christ.

Croyants et croyantes, nous faisons l’expérience d’un moment de notre histoire où nous sommes mis au défi de demeurer fermes dans la foi, enracinés dans l’amour inconditionnel du Seigneur, alimentés par sa Parole et soutenus par la communion avec nos frères et sœurs, même à l’écart de nos rassemblements. Peu importent les circonstances de l’histoire, notre Dieu n’est jamais à court de créativité pour se faire proche de nous, comme il le démontre en tout lieu et en tout temps de l’histoire humaine. Votre intimité avec le Seigneur et le dialogue continu que vous entretenez avec Lui vous aideront à traverser l’épreuve jusqu’à ce que nous soyons de nouveau réunis pour chanter les louanges de Dieu, Père, Fils et Esprit.

Par ailleurs, nous recevons avec joie vos nombreuses propositions d’aide et d’implication en vue de la relance qui viendra, bien que nous ignorions le moment. Nous vous invitons dès maintenant à prendre contact avec votre équipe pastorale paroissiale pour manifester votre désir de contribuer activement lorsque les rassemblements seront de nouveau possibles. Nous souhaitons que, dans chaque communauté chrétienne, les familles et les jeunes soient en première ligne pour constituer des équipes d’accueil renouvelées et disponibles. Nous pourrons ainsi vivre des retrouvailles profondément fraternelles, en dehors de la « bulle » où chacun de nous a dû s’installer. Comme elle nous manque, cette communion fraternelle entre nous !

Nous vous invitons à demeurer patients, dans la charité du Christ, et à vivre le cœur en paix, en acceptant les limites que nous impose cette situation inédite, simplement par amour pour les autres. Que l’Esprit nous aide à transformer cette expérience de privation en manifestation d’amour pour nos frères et nos sœurs dont nous sommes solidaires.

 

Avec l’approbation de l’Archevêque de Québec, le Cardinal Gérald C. Lacroix

en union avec Mgr Martin Laliberté, p.m.é., évêque auxiliaire


 

L’Église catholique se prépare à la reprise des activités liturgiques et pastorales

Québec, le 7 mai 2020 – Depuis le 15 mars dernier, l’Église catholique au Québec a cessé de tenir toutes les activités liturgiques et pastorales qui nécessitaient des rassemblements et fermé les lieux de culte. Par cette mesure inédite dans notre histoire récente, nous avons contribué à diminuer l’effet de la pandémie sur la population québécoise, en respectant intégralement les directives des autorités de la santé publique du Québec depuis le début de la crise sanitaire.

Le fait d’avoir renoncé provisoirement à convoquer des rassemblements ne signifie pas que nos diocèses, paroisses et communautés locales ont cessé toute activité : grâce aux médias sociaux, des liturgies ont pu être célébrées, des partages de la Parole ont pu avoir lieu, des catéchèses pour les enfants, les jeunes et les adultes ont été offertes. Plusieurs activités caritatives se sont poursuivies, des chaînes téléphoniques de solidarité ont été instaurées, des lignes d’écoute ont été mises sur pied, plusieurs fidèles ont redécouvert la fécondité de l’Église domestique.

Depuis quelques jours, les autorités sanitaires ont annoncé une atténuation progressive et ordonnée des mesures de confinement. Si aucun changement n’a encore été annoncé quant à la possibilité de tenir des rassemblements dans nos lieux de culte à certaines conditions, l’Assemblée des évêques catholiques du Québec s’y prépare activement et notre Église diocésaine participe à cette préparation.

Le dialogue interreligieux s’est poursuivi depuis la Déclaration du 23 mars dernier. Les leaders des diverses traditions travaillent à mettre en place un protocole de réouverture des lieux de culte qui sera bientôt présenté aux autorités sanitaires. Ainsi, nous serons prêts lorsqu’il sera possible d’ouvrir nos lieux de rassemblement pour le culte public et la prière personnelle.

Une équipe s’affaire à préparer un protocole sanitaire spécifique aux rites catholiques (les divers sacrements de l’Église), qui nous permettra de vivre nos rassemblements de manière sécuritaire, en tout respect des directives de la santé publique.

Un travail de concertation avec la direction des salons funéraires, des coopératives funéraires et des cimetières est en cours pour établir des paramètres qui nous permettront d’accueillir et d’accompagner pastoralement les familles endeuillées, dès qu’il sera possible de le faire.

L’Assemblée des évêques du Québec est par ailleurs en communication directe avec le bureau du premier ministre du Québec et avec les responsables de la santé publique afin de discuter de la reprise de nos rassemblements, en concertation avec nos diocèses.

Bien que nous ayons tous hâte de nous rassembler à nouveau pour célébrer les louanges du Seigneur et les grands événements de notre vie, nous sommes appelés à exercer encore un peu notre patience dans l’attente de ce moment. Ce délai, que nous espérons le plus court possible, nous permet de bien nous préparer à la reprise éventuelle, en toute sécurité, de nos activités publiques et de nos rassemblements.

Source :
Église catholique de Québec


 

Merci à l’abbé Bernard Ferland


Nous tenons grandement à exprimer nos sincères remerciements à l’abbé Bernard Ferland qui prend sa retraite, après 25 ans de service, comme prêtre collaborateur au coeur de nos trois grandes paroisses. Sa décision est motivée à la fois par son grand âge, par sa santé et ses problèmes oculaires. Il demeurera toutefois disponible si une famille le demande explicitement pour des funérailles ou pour une liturgie de la Parole.

Bernard, tu as été un collaborateur précieux, disponible, serviable et heureux de rendre service chez nous en répondant aussi aux diverses demandes qui arrivaient parfois de façon impromptue. Tu as porté avec nous la charge pastorale à travers les responsabilités qui t’ont été confiées et nous t’en remercions grandement.

Nous te souhaitons aussi un belle et bonne retraite.

Les paroissiens et l’équipe pastorale.